Facebook

photo_turgeon_belanger
Huguette Turgeon  |  Guy Bélanger

Les années 2000 ont amené Internet vers une nouvelle dimension. D’un système unidirectionnel (les sites Web vers l’internaute), on est passé au Web 2.0 qui a permis aux internautes d’interagir avec différents sites, en plus d’interagir entre eux. Des sites comme Wikipedia ont pris de l’ampleur en plus d’une profondeur et des nouveaux outils sont alors apparus sur le Web.

Parmi ces sites phares, mentionnons Facebook. Cet outil d’échange a vu le jour en 2004 à l’Université d’Harvard aux États-Unis sous l’inspiration et la direction de monsieur Mark Zuckerberg. Ayant à l’origine qu’une poignée d’étudiants utilisateurs, le réseau s’étend aujourd’hui à des centaines de millions d’usagers. Étant à l’origine une aventure étudiante, Facebook est capitalisé à 150 milliards de dollars en date de janvier 2014 !!!! De plus, cette saga a fait l’objet d’un film.

Facebook est devenu très rapidement un vaste réseau mondial qui a toujours à ce jour un impact sociologique et politique indéniable. En plus de révéler nos faits et gestes, nos émotions et nos opinions à un auditoire choisi (amis), on peut les partager avec le monde entier ou presque. Les réseaux ont eu une importance capitale dans les divers mouvements de « libération » des pays nord-africains (printemps arabe). De plus, la possibilité de partager des images et des vidéos a un impact immédiat;  du jour au lendemain, on peut devenir journaliste sans le vouloir vraiment.

Dans le cadre des séances de présentations du club (les 17 et 24 octobre et les 5 et 12 novembre), nous présenterons différentes facettes de cet outil de réseautage.  Les divers volets abordés seront les suivants :

  • comment ouvrir un compte Facebook;
  • comment y retrouver des amis et comment les inviter à joindre votre cercle d’amis;
  • comment gérer les personnes qui auront accès à votre compte;
  • comment interagir avec divers sites commerciaux ou d’information (émissions de radio ou de télévision);
  • comment transmettre des photos et des albums;
  • comment bloquer les avis (notifications) que l’on reçoit de façon intempestive de Facebook à nos adresses de courriel;
  • et bien plus…..

Il est important de souligner que ce que l’on publie sur Facebook risque de se trouver sur la toile. Alors il faut s’assurer qu’on ne se morde pas les doigts le lendemain de la publication de notre message.

Nous vous invitons à assister à ces présentations pour vous familiariser avec cet outil qui est devenu omniprésent dans la vie d’un grand nombre d’internautes (jeunes et moins jeunes).

Huguette Turgeon et Guy Bélanger

10 réflexions au sujet de « Facebook »

  1. J’ ai bien hâte d’ assister à ces présentations. Je ne suis pas encore sur Facebook ,je n’ai personne pour me renseigner sur le sujet. Grâce à vous je pourrai enfin y aller.
    Je pourrai enfin voir ce que mes neveux et nièces y publie. Un gros Merci !

  2. Le ne vois aucunement le besoin d’étaler les répétitifs gestes de ma vie très simple de rentier sur le net, spécialement sur Facebook avec leur ¨J’aime¨, etc .enfantins ou de dire des choses qui seraient considérées comme des balourdises

  3. Pour ma part , je crois que ce phénomène informatique est pour la plupart des usagés un exutoire et une façon de raconter ses états d’âme sans filtre aucun pour la majorité des utilisateurs. Dans un temps pas si lointain, la plupart des personnes se plaignaient d’être écoutées lors de leurs conversations téléphoniques. Aujourd’hui, cellulaire à la main et up, au diable la discrétion. Je suis un anti-facebook. Je préfère de beaucoup avoir des nouvelles de ma famille via Skype. De plus, ce phénomène éloigne les contacts personnels et humains .

  4. Michel Gagné a parfaitement raison et en plus il est possible de former des groupes ouverts ou fermés dépendamment de nos besoins.
    Un groupe fermé est par exemple excellent pour une association de famille.

    1. Michel a bien raison, issu d’une famille de dix enfants et de plus de 60 arrières de mes parents, je peux suivre une partie de l’évolution ce beau monde de loin, sans à avoir à trop m’impliquer ou à m’impliquer au besoin en mettant par exemple une photo lors d’une réunion familiale ou encore en souhaitant mes meilleurs vœux de bonne fête à un des descendants.

  5. Cet atelier me semble « des plus intéressants » mais c’est la deuxième année que je n’y ai pas accès… faute de place.
    Dommage pour moi…

    1. Les présentations annoncées ici pour octobre et novembre ne sont pas des ateliers; le nombre d’auditeurs n’est pas limité. Il n’est pas requis de s’inscrire pour venir aux réunions du CIMBCC du mercredi soir ou du vendredi après-midi; il s’agit d’être membre du club ou d’être invité par un membre.

  6. Il n’est pas nécessaire de publier des articles lorsqu’on est sur Facebook. Plusieurs personnes ne publient jamais, mais sont sur Facebook simplement pour avoir des nouvelles de leurs enfants et de leurs petits-enfants.

    Un membre du club m’a déjà dit qu’il ne s’est jamais senti aussi près de sa famille que depuis qu’il reçoit quotidiennement des nouvelles des siens à travers Facebook.

    1. Je suis du même avis je peux suivre mes petits enfants quand ils sont
      partis ex. au Mexique en Alberta en Europe avant j’étais inquiète maintenant je peux les voir ou leurs parlés, suivre celui qui joue au football pour les Barons, merci a Huguette Turgeon pour sa patience et son dévouement.

      1. Je suis aussi famille et amis sur facebook. Je commente très rarement… J’assisterai à cette présentation car je trouve cet outil intéressant et je pense que mieux le connaître me permettra d’en faire encore meilleur usage. Merci à tous les bénévoles du club qui par leur implication nous permettent de parfaire nos connaissances.

Les commentaires sont fermés.