Proche aidant, un sujet de plus en plus visible

photo_gallerie_m_theroux
Michel Théroux

Plusieurs d’entre nous sont des proches aidants, des proches aidants qui s’ignorent ou nous connaissons des personnes que nous pouvons qualifier de proches aidantes.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, on comptait, en 2012, plus d’un million de proches aidants au Québec, plus précisément, 1,13 million.

Définition d’un proche aidant

« Si vous prenez soin d’un proche souffrant d’une incapacité permanente ou temporaire due à un handicap, un accident, une maladie ou à cause de l’âge avancé, VOUS ÊTES UN PROCHE AIDANT. »

« Si vous aidez une personne de votre entourage immédiat en perte d’autonomie, à titre non professionnel, lui assurant de façon régulière ou occasionnelle, un soutien émotif, des soins ou des services de nature variée, destinés à compenser ses incapacités, VOUS ÊTES UN PROCHE AIDANT. » (Source)


Ressources pour les proches aidants

Sur le web, il y a plusieurs ressources accessibles. Celles que je considère comme les plus pertinentes pour nous, en Montérégie, sont :

Regroupement des Organismes Montérégien des Aidants Naturels : ROMAN

  • Il nous propose des informations sur les organismes et services pour les proches aidants pour la Montérégie.

L’appui pour les proches aidants d’aînés : APPUI

  • Site provincial regroupant les APPUI régionaux ayant comme objectif de soutenir les proches aidants par le biais de subventions.

Le Réseau Aidant : LRA

  • Le LRA est le plus grand réseau d’apprentissage à distance offrant du soutien aux aidants, à leurs proches ainsi qu’aux professionnels de la santé qui travaillent avec eux.

Les organismes spécifiques 

Il y a aussi des organisations spécifiques à des problématiques précises, soit le réseau des sociétés suivant :


Si vous êtes un aidant naturel, lisez ce qui suit :

« Les tâches de la prise en charge d’une personne dépendante peuvent être regroupées en trois champs d’activités. Ainsi les tâches associées à l’assistance et aux soins de la personne dépendante comprennent :

  • les soins médicaux, les soins physiques, le soutien moral ou psychologique,
  • l’aide dans l’organisation de la vie quotidienne,
  • la surveillance.

Les tâches associées à la médiation entre la personne dépendante, la communauté et les services publics impliquent :

  • la mobilisation des ressources de santé et de services sociaux,
  • la mobilisation des ressources judiciaires, financières et légales,
  • la médiation pour assurer l’intégration sociale.

Et enfin, les tâches associées à l’organisation et à la coordination du travail de prise en charge englobent :

  • divers services et acteurs impliqués,
  • de multiples exigences associées aux diverses sphères de la vie.

Les proches n’effectuent pas nécessairement toutes ces tâches, mais il est plutôt rare que la prise en charge ne se résume qu’à une seule de ces activités. » (Source)


Mise en garde

« N’attendez pas d’être au bout du rouleau! Être un aidant, c’est tout simplement voir au bien-être et à la qualité de vie d’un proche qui a besoin de notre soutien. » (Source)


N’oubliez pas de vous laisser aider par les ressources mentionnées plus haut : ROMANAPPUI et LRA.

Michel Théroux
Proche aidant

12 réflexions au sujet de « Proche aidant, un sujet de plus en plus visible »

  1. Mon mari et moi avons été proches aidants pendant des décennies auprès de notre fille qui souffrait d’une maladie dégénérative.

    Nous avions de l’aide du CLSC, mais à mesure que son cas s’aggravait, cela devenait insuffisant. surtout la nuit; nous n’avons pas dormi une nuit complète pendant plus de 12 ans.

    De plus, il faut « se battre » pour obtenir de l’aide…

  2. Savez-vous s’il existe un crédit d’impôt pour l’aidant qui prend soin de son parent qui est placé en centre parce qu’il est rendu non autonome?

  3. Sujet très pertinent pour répondre aux besoins de notre société d’aujourd’hui. Quelle famille n’a pas à vivre avec quelqu’un touché par le cancer ou une maladie dégénérative quelquonque?…. mais ce n’est pas sexy parler maladie ou misère.

    ? a ceux qui défendent ces causes!

    Germaine Plante de Grandpré

    1. Comme c’est bon de recevoir cette information…
      De nos jours il y a les 2 pôles…c’est à dire des grands parents
      Épuisés qui sont proches aidants auprès des petits enfants
      Qui ont eux mêmes à faire face à la maladie…
      Familles éclatées, parents épuisés qui ont peine à garder
      Le cap souvent obligés de maintenir le travail pour arriver à subvenir aux besoins de leurs enfants ….
      Voilà une autre réalité ou les ressources sont importantes

      1. S’il est essentiel d’aider, de s’entr’aider, d’accepter d’être aidé, il est aussi essentiel pour l’aidant de prévoir et s’assurer d’une relève.
        L’épuisement guette l’aidant naturel et proche…les seuls bons mots ne suffisent pas!

Les commentaires sont fermés.