Un site important pour avoir un certain contrôle sur ses soins de fin de vie

En 2014, lors de ma dernière présentation au club, j’ai parlé des applications de Microsoft Office, spécialement de Word, comme outils pour colliger tous les renseignements à communiquer à ses héritiers pour le règlement aussi simple que possible de sa succession. Pourquoi le faire? Parce que dans un monde normal, nos héritiers sont des personnes que nous aimons. J’en ai profité au passage pour souligner l’importance de rédiger son testament et son mandat d’inaptitude.

J’ai été étonné du grand nombre de personnes de mes auditoires qui n’avaient pas « encore » senti la nécessité de compléter ces démarches « qui ne nous font pas mourir ». Elles allègent la tâche, voire la peine, de ceux qui nous survivent.

Il y a maintenant du nouveau au Québec dans les soins de fin de vie. La chose a été peu publicisée. Mais combien importante elle est! Ces nouvelles possibilités ont un nom : les Directives médicales anticipées. On trouve toute l’information sur le site :

sante.gouv.qc.ca/dma

Depuis la loi concernant les soins de fin de vie, adoptée le 5 juin 2014 et sanctionnée le 10 juin 2014, a proposé de nouvelles dispositions entrées en vigueur le 10 décembre 2015. Elles sont passées presque inaperçues, notre intérêt étant dirigé vers l’aide médicale à mourir.

Ces dispositions, les directives médicales anticipées, ciblent trois situations cliniques :

  1. situation de fin de vie ; si je souffre d’une condition médicale grave et incurable et que je suis en fin de vie ;
  2. situation d’atteinte sévère et irréversible des fonctions cognitives ; si je suis dans un état comateux jugé irréversible ou que je suis dans un état végétatif permanent ; et
  3. autre situation d’atteinte sévère et irréversible des fonctions cognitives ; si je suis atteint de démence grave, sans possibilité d’amélioration (par exemple, démence de type Alzheimer ou autre type de démence à un stade avancé).

Face à ces situations cliniques extrêmes, nous avons à nous prononcer quant aux soins qui nous sont offerts et que nous désirons (ce qui pourrait prolonger la durée de notre vie sans espoir d’amélioration) ou non (qui pourrait diminuer notre durée de vie).

Rappelons que, pour le moment, nous ne pouvons en aucune façon demander que l’on mette fin à nos jours de façon anticipée. Au moment où j’écris ces lignes, un débat public sur ce sujet semble vouloir s’amorcer. Rappelons aussi que ces directives n’entrent pas en contradiction avec le don d’organes, si nous avons donné notre consentement.

Ces directives médicales anticipées font office de loi, ce qui n’est pas le cas du mandat d’inaptitude où la personne qui nous représente (sous la pression, parfois, des proches) peut « négocier », avec l’équipe soignante, nos volontés. Si nous complétons ce formulaire, il est enregistré à la RAMQ, et l’équipe soignante a l’obligation de vérifier si nos directives ont été enregistrées, et devra les respecter, le cas échéant. Ces directives sont révocables en tout temps, par une simple communication avec la RAMQ.

Le lien nous conduit aux informations et au formulaire en ligne. Nous pouvons aussi communiquer avec la RAMQ par téléphone  (514-864-3411) afin de recevoir le formulaire qui sera identifié et codifié à notre nom. Complété, le formulaire daté et dûment signé par le bénéficiaire et par deux témoins de sa signature devra être retourné à la RAMQ afin d’être enregistré. Nous pouvons en garder une copie pour nos dossiers, et en remettre une à notre médecin de famille. Mais notre véritable protection est l’enregistrement à la RAMQ, puisque tout médecin doit obligatoirement vérifier si nous avons fait connaître nos directives lors des situations cliniques ci-haut mentionnées.

Compléter ce formulaire concernant les directives médicales anticipées ne nous fera pas mourir, mais nous assurera une fin de vie digne et respectable, témoin de l’exercice de notre liberté jusqu’au dernier souffle. Et entretemps, pourquoi ne pas vivre aussi pleinement que possible? Profitons de la vie!

André Charest

9 réflexions au sujet de « Un site important pour avoir un certain contrôle sur ses soins de fin de vie »

  1. Merci cher Monsieur André Charest.
    J’ai rédigé mandat et un testament mais je vais grâce à vous m’occuper des soins de fin de vie.

    Je ne sais si quelqu’un du club connaitrait une façon d’éditer la version PDF ouverte avec Libre Office…je lance la question.

  2. Je vous remercie beaucoup pour tous ces renseignements très pertinents et je vais maintenant m’en occuper, car je considère cela très important afin de faciliter notre fin de vie et d’éviter beaucoup de tracas à nos enfants.

  3. Merci André pour ta contribution à ce sujet. Ce sont des outils très pertinents qui pourraient faciliter bien des démarches à nos proches un jour.

  4. Merci pour cette information de la plus haute importance et pour cet article bien rédigé.
    Je crois qu’il est utile de laisser connaître nos volontés pendant que nous sommes en santé.

  5. Merci, Mr. Charest pour votre blogue au sujet des soins en fin de vie. N’étant membre du Club que depuis très très récemment, je n’ai pas eu la chance de participer à votre présentation avec Word pour colliger les renseignements à communiquer aux héritiers. Étant très en retard dans ce domaine, est-ce que par hasard vous auriez encore les notes de cette présentation de 1974! Si oui, je serais bien intéressé à les recevoir.
    D’avance merci

    1. Le document de monsieur Charest, « Renseignements pour mes héritiers », date de 2014 et non de 1974. Il est accessible en format PDF par le lien suivant :
      http://cimbcc.org/wp-content/uploads/Notes-2014-04-02-Guide-ex%C3%A9cuteur-testamentaire-R1.pdf

      La version éditable Word se trouve ici:
      http://cimbcc.org/wp-content/uploads/Notes-2014-04-02-Guide-exécuteur-testamentaire-R1.doc
      En cliquant sur ce dernier lien, le fichier Word est automatiquement téléchargé par votre fureteur internet. Il s’agit alors de le récupérer dans les Téléchargements sous le nom de Notes-2014-04-02-Guide-exécuteur-testamentaire-R1.doc

Les commentaires sont fermés.