Analyser son niveau de maîtrise numérique avant un achat

Pierre Delisle
mmmiPierre Delisle

Une bonne solution numérique doit avoir comme objectif de satisfaire tout le continuum des utilisateurs cibles, du débutant à l’expert. D’après vous, pour survivre, les entreprises doivent-elles mettre plus d’énergie sur les utilisateurs avancés ou sur des stratégies d’implantation pour les débutants ? Lorsqu’on connaît l’importance du profit, leur réponse nous semble évidente.

Pour leur service de recherche et développement, la question semble être : « Pouvons-nous trouver et développer un petit plus qui permettra à notre produit de se démarquer pour devenir une solution de premier plan ? » Par contre, cet ajout nous facilitera-t-il la vie, nous, simples utilisateurs ? Par exemple, que ferais-je de 4 lentilles sur un iPhone ? D’une télécommande sur un iPad ? D’une caméra super grand-angle capable de capter jusqu’à 122 degrés ?

Ces entreprises ont aussi conscience que la plus grosse manne d’acheteurs ne provient pas des experts, mais de la base. Alors, ils doivent s’assurer que ceux-ci achèteront leur produit et qu’un nouvel utilisateur pourra progresser avec cet outil. Autrement dit, offrir des éléments « faciles » d’utilisation. Mais comment savoir si une solution est bonne pour nous ?

Avant tout achat de solutions informatiques, il faut minimalement se poser ces trois questions :

  1. Le produit, que ce soit un appareil, une application, un accessoire ou une formation, me permettra-t-il de combler mon ou mes besoins ?
  2. Dans toute son étendue de possibles fonctions, le produit peut-il être utilisé par une personne de mon niveau numérique ?
  3. Pourrais-je progresser, que ce soit de façon autonome ou grâce à une formation accessible ?

Bien sûr, faire partie d’un club informatique vous procure un atout. La diversité de ses bénévoles accompagnateurs permet de vous offrir de vastes offres de formation et de soutien. Une des principales préoccupations des formateurs est de mieux vous connaître afin d’ajuster leurs interventions. Leurs outils sont les sondages, les rencontres et les discussions. Ainsi informés, ils offriront des services adaptés à votre niveau.

Quatre niveaux

Oui, d’un côté, il y a le formateur qui adapte son intervention selon un certain niveau. MAIS de l’autre côté, vous devez AUSSI reconnaître VOTRE niveau d’habileté.

Parmi les membres du CIMBCC, on peut distinguer au moins quatre niveaux de maîtrise : « avancé », « intermédiaire », « débutant » et aussi « pré-débutant ». Ici, je ne parle pas du niveau numérique général, mais celui spécifique à un domaine, à un outil ou à une application.

Une même personne peut avoir différents niveaux selon la situation. Par exemple, je me considère avancé avec le logiciel Zoom, intermédiaire dans Windows 10, débutant dans Gimp et pré-débutant avec le système Android.

Donc, même si je suis un « pas pire » utilisateur du numérique, si j’assistais à une activité avancée sur Android, je ne me sentirais pas à ma place et j’aurai tôt fait de décrocher. Ainsi, il est important de vous autoévaluer pour bien choisir lors d’un achat et aussi d’établir votre niveau avant d’accéder à une session de formation.

Voici comment je départagerais ces quatre niveaux :

Niveau Caractéristiques Activités du club
Avancé Je peux faire presque tout ce que propose la solution. Je fais des découvertes par moi-même et j’exploite les fonctions avancées. Formateurs
Présentateurs
Ateliers avancés
Série Découverte
Intermédiaire Je suis à l’aise avec une solution. Je possède bien les rudiments et je réussis à faire de belles choses. Je déduis de nouvelles façons de faire et j’apprends toujours. Je sais qu’il y a des sections plus avancées, mais ne pas les connaître ne nuit pas à mon plaisir actuel. Je suis prêt à explorer autre chose Série Découverte
Ateliers
Débutant J’ai fait de belles découvertes avec cette solution (application ou outil). J’aimerais maintenant en connaître plus pour être encore plus « heureux ». Je pourrais ainsi commencer à adapter le produit à mes besoins personnels. Série Facile
Ateliers d’initiation
PRÉ-
Débutant
Ouf! On m’a mis cet outil dans les mains. J’aimerais l’utiliser pour certains de mes besoins. Par où commencer ? J’aimerais le connaître et avoir mes premières petites victoires encourageantes. Les cours en bibliothèque
Série Facile

 

Exemple : nos solutions pour l’utilisation de la tablette iPad

En réponse à un sondage tenu lors d’une présentation, nous avons réalisé que presque un membre sur deux possède une tablette iPad. Ajoutons à ce constat celles et ceux qui aimeraient que le père Noël leur fasse grâce d’une telle étrenne. Au mois de janvier, la proportion de propriétaires de cet outil bien en vue aura probablement augmenté.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au Club, nous avons un bon exemple de l’éventail des activités offertes pour progresser avec cet appareil selon votre niveau de compétence. Le très dévoué Yves Pépin vous offre trois ateliers visant, justement, trois différents niveaux : débutant (fonctions de base), intermédiaire (fonctions plus spécifiques) et avancé (fonctions encore plus spécifiques). Mais qu’arrive-t-il si on n’a pas encore vraiment débuté, ce qu’on a défini comme PRÉ-Débutant ?

Pour pallier cette lacune, il y aura une présentation sur l’outil iPad visant principalement les PRÉ-Débutants et les Débutants. Celle-ci aura lieu le vendredi 2 décembre à 13 h 15 en mode hybride, au Chalet Marie-Victorin et sur Zoom.

Nous débuterons par la sortie d’un nouvel iPad de sa boîte d’emballage, puis nous verrons quelques manipulations déjà à votre portée. Si vous en êtes à votre première expérience, nous insisterons ensuite sur l’importance de vous faire aider par le commis pour l’initialisation de l’appareil. Ce service est habituellement offert gratuitement lors de l’achat.

Ainsi, une fois rendu à la maison, vous n’aurez qu’à mettre le iPad sous tension pour réaliser vos premiers exploits. On suggérera une série d’exercices pour cumuler rapidement des petits succès : se connecter à son Wi-Fi, une petite photo ou vidéo par ci, un petit texte par là, un courrier avec ça et, finalement, pourquoi ne pas installer Zoom ?

Bon, on ne parlera pas du Dock, comment verrouiller l’orientation de l’écran, comment modifier les paramètres ou comment faire une photo à 122 degrés. En 90 minutes, c’est impossible de faire le tour. Mais si vous faites les exercices, vous obtiendrez promptement plusieurs victoires et, qui sait, peut-être serez-vous fin prêt(e) pour poursuivre avec les ateliers iPad ?

Pierre Delisle

6 réflexions sur « Analyser son niveau de maîtrise numérique avant un achat »

  1. Très bonne article Pierre, elle pourrait aider les membres à mieux se situer dans les quatre mniveaux que tu proposes dans ton article.

  2. Chronique très pédagogique encore 1 fois, Pierre.
    C’est toujours une bonne idée d’introduire un(e) prochain(e présentation/atelier, à même une chronique.

    Pour ce qui est d’acheter un appareil selon notre niveau de connaissance numérique: comme dirait Pierre Yves McSween: « On a tu vraiment besoin? »

      1. C’est parce que le comptable-acteur Pierre-Yves McSween, qui anime l’émission « L’indice McSween » (drôle et instructif financièrement), a écrit un livre intitulé « En a tu vraiment besoin? ». Le sujet est de bien réfléchir avant d’ouvrir notre porte-feuille et se poser la question si on a vraiment besoin. Donc, puisque tu parlais d’acheter des produits informatiques en fonction de notre degré de compétence (du moins, c’est ce que j’ai compris?), j’ai pensé à ce livre.

  3. Merci Pierre pour l’article intéressant !

    Pour ma part, je suis d’opinion que les avancés en général ont les qualités et caractéristiques suivantes:

    1) un préalable avancé en informatique qui n’est pas seulement de la manipulation comme utilisateur

    2) une très forte capacité d’auto-apprentissage par divers moyens et outils

    3) capacité d’assister aux formations de tous niveaux selon leurs besoins tout en mettant en focus les éléments de choix à acquérir

    4) capacité de réussir à atteindre un objectif exigeant comportant un défi

    5) capacité d’apprendre rapidement de façon intensive.

    Ceci dit, les formateurs bénévoles du CIMBCC font tous du mieux possible afin de rencontrer les besoins des membres. Ils font du beau travail et parfois un travail colossal ! Chapeau !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.