Revoir notre lien avec la Terre, la nature et les animaux

Évolution de l’homme et de la technologie

L’Homme se perçoit comme le maître de la nature jusqu’au jour où un minuscule virus ou une bonne tempête de verglas lui rappelle que ce n’est pas toujours le cas.

L’humanité s’est trop souvent vue comme supérieure aux animaux. Il ne faudrait pas oublier que nous avons évolué en même temps que ceux-ci et que nous partageons un espace naturel avec eux. Cet environnement, actuellement bienveillant, nous accueille sur la Terre et nous devons le préserver.


La relation entre les humains et les animaux

Nous exploitons depuis longtemps la force des animaux domestiques, souvent au détriment de leur bien-être. Nous en utilisons d’autres comme nourriture. Bref, la relation entre les humains et les animaux n’est pas toujours équitable.

Plusieurs espèces en liberté sont actuellement en déclin accéléré ou approchent de la disparition définitive. Il est question d’anthropocène et de sixième extinction pour parler des changements apportés par l’homme à l’environnement naturel. La pause involontaire récente de l’économie mondiale pourrait être une occasion de réfléchir à notre influence sur la planète Terre.

Le lien suivant montre tout simplement l’affection véritable qui peut exister entre l’humain et certains animaux dits dangereux. Ce visionnement réchauffera votre cœur.


Paul Barton joue du piano pour les éléphants

D’origine britannique et âgé de 59 ans, Paul Barton est un pianiste classique arrivé en Thaïlande pour enseigner cet instrument dans une école privée pour ce qu’il croyait être une période de trois mois. Il a rencontré Khwan en 1996, une artiste locale. Elle est devenue sa femme, il a élu domicile dans ce pays et ils ont une fille.

Paul Barton

Il s’est porté volontaire en 2011 au Elephants World Sanctuary situé à Kanchanaburi, près de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar. Cet endroit abrite plusieurs éléphants vieux, malades ou rescapés de l’exploitation forestière. Il a commencé à jouer du piano pour ces pachydermes, dont certains sont considérés comme très agressifs. Il s’est rapidement rendu compte que ces animaux écoutaient très calmement ses prestations musicales.

Récital de piano pour éléphants

Paul Barton possède une chaîne YouTube où il est possible d’entendre et de voir ses interprétations.

Ses auditeurs éléphants sont libres de se déplacer à leur guise, mais ils restent à proximité du piano lorsque la musique leur plaît. Vous pourrez constater la réaction attentive d’une mère et la distraction de son très grouillant éléphanteau dans l’exemple suivant.


Pour une reprise harmonieuse de l’activité humaine

Je vous incite à écouter attentivement ce vidéo que m’a fait parvenir Walter Pearce, que je remercie d’ailleurs. Les sous-titres sont en anglais, mais leur sens est assez facile à décoder.

Après cette pause planétaire imprévue, j’espère qu’il sera possible de faire un retour à un monde plus harmonieux qu’auparavant. Nous ne sommes pas les maîtres de la nature, mais bien ses invités. Il ne faudrait donc pas devenir des casseux de party et dévaster l’environnement qui nous abrite. Il est important de vivre sur Terre sans la détruire. L’avenir dépend de nous, aujourd’hui.


Le mot de la fin

Pour terminer, j’aimerais peut-être vous faire sourire en partageant avec vous cette image d’une scène de famille captée sur Twitter.

Richard Gervais

9 réflexions sur « Revoir notre lien avec la Terre, la nature et les animaux »

  1. Il sera intéressant de voir s’il y aura vraiment une prise de conscience après la pandémie de l’espèce humaine , face à l’abus de l’homo sapiens, comme locataire de la Terre.

    1. Personnellement, je ne crois pas, car la pandémie, à cause de toute la peur délirante et paranoïaque qu’elle a créé, a généré des déchets plus que jamais et on a reculé de plusieurs dizaines d’année avec toutes ses peurs de ne pas toucher à un contenant réutilisable, des caisses de bières, etc.

      Moi qui ne sortait qu’un sac de poubelle par 1 ½ mois, j’ai dû augmenter ma cadence, ainsi que ce que je met au recyclage.

      Mais pour l’amour du ciel, quelle partie on ne comprend pas dans l’énoncé: “le virus reste en vie QUELQUES MINUTES sur nos mains…quelques heures sur du papier, plusieurs heures sur une surface métallique, etc.”

      Si le virus ne vit que quelques minutes sur nos mains, alors tout ce lavage de mains devrait être suffisant non? À moins que mettre ses doigts dans le visage et la face entre chaque innombrable lavage de mains ET que le virus s’adonne à être sur la surface touchée. Au secours, dans quelle monde je vis donc!

      1. Bonjour Céline,

        Selon ma compréhension des choses, le virus du COVID-19 peut survivre pas mal plus longtemps que quelques minutes sur nos mains. Il est toutefois rapidement tué avec l’utilisation du savon qui détruit son enveloppe cellulaire.

        Le problème majeur avec ce nouveau coronavirus, c’est que nous n’avons pas de traitement reconnu pour le combattre. Selon l’état de santé des personnes atteintes, cela peut vouloir dire une longue et difficile hospitalisation ou, même, la mort.

        À l’automne 2018, j’ai fait une péricardite, une infection virale de l’enveloppe de mon coeur. J’ignore où j’ai attrapé le virus qui a causé ce problème de santé, mais j’ai fait un séjour aux soins intensifs et je suis resté quatre jours à l’hôpital.

        C’est difficile de se défendre contre quelque chose d’invisible et de présent à plusieurs endroits, comme le démontre les nombreuses infections au Québec, soit près de 54000 cas démontrés au moment d’écrire ces lignes.

  2. Wow, quelle chronique extraordinaire!!! Merci Richard, tu tombe vraiment dans mes sujets préférés.

  3. L’extinction progressive des espèces animales me fait penser à une nouvelle d’Arthur C. Clarke (publiée avant ma naissance, mais reconnue par un prix cinquante ans après sa parution, ce qui devrait attirer votre attention, malgré le fait que son auteur se soit par ailleurs fait remarquer pour de très mauvaises raisons) -> https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Neuf_Milliards_de_noms_de_Dieu

    Dans cette nouvelle aux prémisses un peu farfelues pour qui connaît le moindrement la religion bouddhiste, des moines tibétains (encore eux) croient que l’univers cessera d’exister quand il aura rempli sa mission, soit d’énumérer tous les noms de Dieu. Une fois cela fait, quelque chose commence à se produire: les étoiles s’éteignent une à une, un peu comme les espèces animales maintenant.

    Pensez à tous ces êtres qui souffrent en silence parce qu’on les ignore. Si on ne les ignorait pas, nous parlerions pour eux. Pensez à la Baleine de Montréal, qui a fait un chant du cygne à sa façon. Ecoutez attentivement la chanson “Gracias a la vida” de Violeta Parra, dont le titre signifie merci à la vie, mais qui est en fait un adieu à la vie, ce que l’on comprend quand on l’écoute avec le coeur, mais que l’on ignore quand on se laisse bercer, puis endormir par la mélodie. ->

    https://www.youtube.com/watch?v=w67-hlaUSIs
    Gracias a la vida que me ha dado tanto
    Me dio dos luceros, que cuando los abro
    Perfecto distingo lo negro del blanco
    Y en el alto cielo su fondo estrellado
    Y en las multitudes el hombre que yo amo

    Gracias a la vida que me ha dado tanto
    Me ha dado el oído que en todo su ancho
    Graba noche y día, grillos y canarios
    Martillos, turbinas, ladridos, chubascos
    Y la voz tan tierna de mi bien amado

    Gracias a la vida que me ha dado tanto
    Me ha dado el sonido y el abecedario
    Con él las palabras que pienso y declaro
    Madre, amigo, hermano, y luz alumbrando
    La ruta del alma del que estoy amando

    Gracias a la vida que me ha dado tanto
    Me ha dado la marcha de mis pies cansados
    Con ellos anduve ciudades y charcos
    Playas y desiertos, montañas y llanos
    Y la casa tuya, tu calle y tu patio

    Gracias a la vida que me ha dado tanto
    Me dio el corazón que agita su marco
    Cuando miro el fruto del cerebro humano
    Cuando miro al bueno tan lejos del malo
    Cuando miro al fondo de tus ojos claros

    Gracias a la vida que me ha dado tanto
    Me ha dado la risa y me ha dado el llanto
    Así yo distingo dicha de quebranto
    Los dos materiales que forman mi canto
    Y el canto de ustedes que es mi mismo canto
    Y el canto de todos que es mi propio canto
    Gracias a la vida que me ha dado tanto

    Source : LyricFind
    Paroliers : Violeta Parra Sandoval
    Paroles de Gracias a la vida © Warner Chappell Music, Inc

Les commentaires sont fermés.