Épidémie de désinformation

mmmmmmInfodémie Covid-19

S’il existe une chose encore plus contagieuse que la COVID-19, c’est bien la désinformation.  Les médias sociaux possèdent peut-être de nombreux avantages, mais ils propagent aussi des rumeurs et des faussetés.

Dans cet article, il sera question de plusieurs ressources pour vous permettre de faire le tri parmi les multiples nouvelles plus ou moins véridiques qui vous submergent sur Facebook, Twitter ou d’autres sites Web.


Désinformation et infodémie autour de la COVID-19

Le 15 février 2020, lors d’une conférence sur la sécurité à Munich, le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) mentionnait ceci en parlant de la COVID-19 :

« Mais nous ne combattons pas seulement une épidémie ; nous luttons aussi contre une infodémie.
Les informations fausses se propagent plus vite et plus facilement que ce virus, et elles sont tout aussi dangereuses. »

Dans une chronique de La Presse du 5 avril 2020, La désinformation qui tue, Rima Elkouri énonçait :

« J’ai été renversée d’apprendre qu’en France, une personne sur quatre croit (à tort) que le virus a été créé en laboratoire. Chez les Américains, c’est environ 30 %. »

Deux ressources importantes sont mentionnées dans cet article :

La page suivante du site Web Habilo Médias a été conçue par le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique pour prévenir la désinformation dans le domaine de la santé.

« HabiloMédias est un organisme de bienfaisance canadien, sans but lucratif, qui œuvre pour l’éducation aux médias et la littératie numérique. Il a pour objectif de veiller à ce que les enfants et les adolescents développent une pensée critique qui leur permette d’utiliser les médias à titre de citoyens numériques actifs et éclairés. »


Radio-Canada et les Décrypteurs

Le 7 avril 2020, le site Web des Décrypteurs avait déjà fait l’objet d’un article par Michel Gagné, COVID-19 et désinformation.

Le site des Décrypteurs recense beaucoup de fausses informations en lien avec la COVID-19. Sous six grandes catégories, certaines nouvelles méritent d’être citées en intégralité ici :


Le port du masque ne nuit pas au passage de l’oxygène

Une expérience quant au port d’un ou plusieurs masques a été réalisée par Dr Vandeboncoeur de l’Institut de cardiologie de Montréal. Elle démontre que le port du masque ne change rien au passage de l’oxygène. Pour toutes les combinaisons montrées à l’image suivante, le taux d’oxygénation se maintient toujours entre 98 et 99 %. Les autres nombres variant entre 79 et 86 mesurent le pouls du docteur en battements par minute.

Effet du port du masque sur la saturation en oxygène, par Dr Vandeboncoeur, chef de l’Urgence de l’Institut de cardiologie de Montréal

La désinformation en Europe

En lisant les paragraphes précédents, il serait possible de croire que le Québec est un terreau particulièrement fertile pour les fausses nouvelles, mais ce n’est pas nécessairement le cas.

Le rapport « Infodémie Covid-19 : une analyse en images de la désinformation en Europe » a été réalisé par cinq groupes de journalistes, dont l’Agence France-Presse (AFP). Dans ce rapport, il est question de :

    • Le virus, fabriqué par l’homme?
      • Désinformation vaccinale
      • Les masques et équipements de protection
      • Le coronavirus et la grippe saisonnière
    • Les traitements et remèdes
      • L’hydroxychloroquine et le dioxyde de chlore
      • Gargarisme d’eau mélangée à du sel ou du vinaigre
      • Nicotine
      • Un test respiratoire pour détecter le nouveau coronavirus
      • Des hélicoptères qui répandent des pesticides ou du désinfectant
    • Bill Gates et les théories du complot pendant la pandémie
    • Comment une théorie du complot sur la 5G est devenue virale pendant la pandémie

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses similitudes entre les points mentionnés plus haut et les nouvelles dont la véracité n’a pas été confirmée par les Décrypteurs.

Je tiens à remercier Jean-Victor Côté qui m’a communiqué l’information au sujet de l’étude européenne.

Richard Gervais

25 réflexions sur « Épidémie de désinformation »

  1. Tant mieux pour toi Jean-Victor.
    Mais, malgré que j’aie pris connaissance que le port d’un masque n’empêche pas notre corps d’être oxygéner normalement, je m’explique mal qu’on puisse MIEUX respirer AVEC un masque que SANS. Surtout lorsqu’on se trouve en plein air, à l’extérieur?

    1. On respire tellement mieux à l’extérieur qu’à l’intérieur que la petite gêne que le masque impose ne fait pas le poids. En fait, on devrait tous se garder une petite gêne, car nous n’avons pas eu jusqu’ici à faire face à un virus aussi pernicieux. Nous devrons changer nos habitudes pour ne pas être responsables de morts qui autrement auraient été évitées. On s’est bien habitués au port de la ceinture de sécurité en automobile, puis à l’interdiction du cellulaire au volant…

      1. Il y a tellement un grande offres de masques très variés qu’il est impossible de ne pas s’en trouver au moins 1 à notre goût.

        Reste que je comprends que plusieurs ne ressentent pas la contagiosité de ce virus puisque, en dehors de ce que les médias nous montrent, on ne voit personne tomber “comme des mouches dans les rues”, avec du sang qui sort des yeux, les lèvres mauves, etc., et les lieux publics encombrés de cerceuils, comme durant la pandémie de la grippe espagnole.

        1. Voici qui devrait permettre à ceux qui ne sont pas convaincus de l’opportunité de porter un masque de visualiser ce qui sort de la bouche et du nez de quelqu’un, avec et sans masque. ->

          Slow-Motion Video Contrasts Mask Effectiveness Against Spread of COVID-19
          A recent slow-motion video demonstrates the ways masks prevent the spread of COVID-19 illness.
          https://interestingengineering.com/slow-motion-video-contrasts-mask-effectiveness-against-spread-of-covid-19

          Les Masques, Ça Marche Vraiment ? (Capture Schlieren en Slow Motion !)
          https://www.youtube.com/watch?v=0Tp0zB904Mc

          Doctors Debunk Mask Wearing Myths | NowThis
          https://www.youtube.com/watch?v=vy7DlcCUBrk

          Masks & The Moral Matrix | Why We’re So Divided Over COVID-19
          https://www.youtube.com/watch?v=Eiy71RpATBQ

          Désolé si tout est en anglais, mais on peut en principe avoir des sous-titres en français sur YouTube.

  2. Réponse à Francine (il n’y a pas de bouton “commentaire” à la suite de ton commentaire).

    J’ai mentionné ma source dans mon commentaire en réponse Richard, qui me demandait la même question. J’ai malheureusement oublié de la “re-citer” en te répondant, et je m’en excuse. Il ne s’agit pas du Journal de Montréal, mais de la page web https://www.educatout.com/edu-conseils/sante-hygiene/systeme-immunitaire-et-infections/duree-de-vie-des-germes.htm

    Bien que le Journal de Montréal reste un journal “populaire”, je trouve que ce Journal s’est beaucoup amélioré depuis quelques années en matière d’informations scientifiques d’actualité, et de source crédible. Mais je lis d’autres magazines comme “Le point.Fr”, qui a d’ailleurs sorti une excellente édition sur l’histoire et l’évolution des zoonoses, comme c’est le cas, officiellement reconnu par communauté scientifique , du coronavirus.

  3. Superbe de bon article sur l’information et sur la désinformation du COVID 19.

    Merci bien Richard.

  4. Je ne crois pas que le virus a été volontairement relâché dans la société.
    Par contre, mais cela reste à prouver dans le futur, il n’est pas impossible qu’une faille dans la sécurité du laboratoire en Chine, près du marché d’animaux vivants (ce qui est sûrement LA source du problème d’ailleurs), aurait mené à la propagation du virus dans l’environnement. Mais cela reste à prouver.

    Pour le masque: il s’agit de se servir du gros bon sens: si tu portes le masque, mais que tu “touches” au virus et te met les doigts dans le nez moins de 5 minutes après (le virus ne reste que quelques minutes sur les mains, selon certaines sources car il y a également contradictions sur ce point), tu viens de te contaminer, etc.

    1. Bonjour Céline,

      Pourrais-tu svp me dire de quelle référence tu tiens que le virus de la COVID-19 ne survit que quelques minutes sur les mains? Tu as mentionné cela par le passé, mais je n’ai jamais pu confirmer cette affirmation.

      1. Bonjour Céline,

        Comme Richard, j’aimerais bien que tu nous dises quelle est ta source pour affirmer que le virus ne vit que 5 minutes sur les mains. Deux fois durant les derniers mois, tu as fait ce commentaire :
        Céline Dion
        13 JUIN 2020 À 14 H 56 MIN
        Mais pour l’amour du ciel, quelle partie on ne comprend pas dans l’énoncé: “le virus reste en vie QUELQUES MINUTES sur nos mains…quelques heures sur du papier, plusieurs heures sur une surface métallique, etc.”
        Céline Dion
        9 JUILLET 2020 À 9 H 38 MIN
        Le virus ne reste que quelques minutes sur les mains, selon certaines sources.

        Je crois que ça demande vraiment une explication. Merci,

        1. Bonjour Francine,
          Je lis toutes les chroniques au sujet de ce virus, ainsi que les autres (virus). Je sais qu’il y a beaucoup de contradictions, donc, lesquels virologues ont raison? Je ne suis pas qualifiée pour répondre.
          Mais pour la durée de vie de 5 minutes maximum sur les mains, je l’ai vu sur un graphique dans le Journal de Montréal, et en fouillant dans mes dossiers, je ne le trouve pas.
          Tout ce que je trouve présentement c’est la durée de vie du virus dans l’air et sur les diverses surfaces: (3-4 heures dans l’air, et jusqu’à quelques jours sur certaines surfaces), sans pour autant être contagieuses, mais vaut mieux prévenir et se laver les mains dans le doute après avoir été en contact avec certains objets.
          Par contre, j’ai trouvé cette phrase au sujet de la durée de vie du virus de la classique grippe “influenza”:
          “Pour les virus de l’influenza (la grippe), ceux-ci sont plus sensibles et ne survivront que quelques heures (jusqu’à 48 heures) sur une surface et quelques minutes sur vos mains…”
          (https://www.educatout.com/edu-conseils/sante-hygiene/systeme-immunitaire-et-infections/duree-de-vie-des-germes.htm)
          L’autre était directement sur un site web, dont je dois faire des recherches pour te citer la source, car il y a de cela quelques mois.

          1. J’ai vu beaucoup d’articles sur la survie du coronavirus sur les surfaces inertes, mais jamais rien de la survie sur les mains. Si ta source est le Journal de Montréal, je ne considère pas que c’est une source fiable en santé non parce que c’est le Journal de Montréal, mais simplement parce qu’un journal ne peut pas être considéré comme un site fiable en santé. En attendant qu’un spécialiste se prononce sur le sujet, je te conseille de ne pas répéter cette information non fiable.

      2. Excuse-moi de ne pas avoir lu ton commentaire plus tôt, Richard. Comme tu pourras le constater, Francine Couture m’a posé la même question et cette fois-ci, j’ai vu son commentaire. J’ai répondu du mieux de mes lectures, qui ne tirent jamais leurs sources des réseaux sociaux.

        Comme je ne trouve plus le graphique qui montrait la durée de vie sur les surfaces ET sur les mains, mais seulement des graphiques qui montrent la durée de vie sur les surfaces, j’ai juste trouvé une source disant que le virus de la grippe classique H1N1 reste sur les mains quelques minutes. MAIS durant ces quelques minutes, il s’agit de mettre nos mains en contact avec nos orifices pour que le mal soit fait.

        Il est important de lire que la durée de vie du virus sur les surfaces, bien que pouvant aller jusqu’à quelques jours, est peu probablement contagieuse, mais faute de preuves, vaut mieux prévenir et se laver les mains après avoir touché à des objets “suspects”.
        Les surfaces dites “poreuses” sont de mauvaises “prises” pour les coronavirus, donc, très faible risque de contamination, donc de transmission.

        J’ai des masques que je porte lorsque je suis dans des endroits à risque de fortes charges virales, comme les Promenades St-Bruno par exemple, ou si je dois parler à moins de 2 mètres.
        Mes masques sont faits au Québec. J’en ai 1 en chanvre et 1 en fibre de cuivre. Pour l’été, je mets celui en chanvre, car plus frais.

  5. Merci infiniment , encore une fois vous nous informez avec beaucoup d’études scientifiques et vraies. Vous faites un travail de professionnel et vous nous rassurez en meme temps. Continuez votre excellent travail, de nos jours vous etes une référence technique aussi.
    Bonne santé!

  6. Si le masque ou les masques ne nuisent pas beaucoup à l’apport d’oxygène, on se fatigue à porter un masque N95 ou N99 à la journée longue car il gêne un peu la respiration et impose ainsi un effort supplémentaire constant. Même prendre une marche en portant un masque de procédure impose de ralentir le pas un peu. Mais ce n’est rien en comparaison de mourir étouffé par le virus. Il s’agit donc d’un petit effort en comparaison, ce qui est probablement l’essentiel du message que le docteur Vadeboncoeur veut transmettre par sa démonstration.

    On vous a peut-être déjà enfilé au doigt la pince qui sert de support au détecteur de la concentration d’oxygène dans le sang que porte le docteur Vadeboncoeur dans les photos. Des chercheurs ont utilisé ce détecteur avec des gens qui étaient infectés par la COVID-19 et ils ont eu la surprise de constater que ces patients ne semblent pas incommodés par un taux d’oxygène très bas, causé non pas par un masque qui gênerait leur respiration, mais par l’effet du virus sur leurs poumons, un peu comme quelqu’un qui serait en train de mourir de faim mais qui n’aurait pas faim. -> https://www.journaldemontreal.com/2020/05/04/lhypoxie-heureuse-le-nouveau-et-mysterieux-symptome-de-la-covid-19-1

    Tout cela pour dire que tout n’est pas blanc ou noir, surtout en ce qui concerne les organismes vivants. Il faut donc se garder de porter des jugements à l’emporte pièce concernant la médecine et ne pas sauter aux conclusions à partir de simples coïncidences, comme certains ont pu le faire en ce qui concerne la technologie de téléphonie cellulaire 5G et la COVID-19. La médecine est une affaire de jugement professionnel, exercé pendant des stages supervisés et étayés par des années d’études de résultats fondés sur de nombreuses expériences scientifiques échelonnées sur des siècles. Le travail de diagnosticien s’apparente au travail de détective. Le personnage de Sherlock Holmes de Arthur Conan Doyle était basé sur un médecin que ce dernier connaissait, et le médecin John Snow est un exemple réel du genre -> https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Snow

    Portez le masque et consultez un médecin si vous éprouvez des difficultés respiratoires. N’attendez pas, car des difficultés respiratoires dues à d’autres causes peuvent diminuer vos chances de survie si vous contractez aussi la COVID-19. On vous fera passer un test pour s’assurer que vous n’avez pas la COVID-19. A partir de ce moment, vous serez confiné jusqu’à ce que vous obteniez votre congé d’un médecin lors d’une seconde consultation durant laquelle ce dernier jugera si vous présentez des symptômes de la COVID-19, car les tests, même négatifs, ne sont pas infaillibles. On en est rendu là à cause d’une maladie incurable potentiellement mortelle et très contagieuse. Il faut agir en conséquence, en pensant à ceux qui sont les plus vulnérables. Enfin, vous pouvez faire évaluer gratuitement en ligne les probabilités que vous attrapiez la COVID-19 et que vous en mouriez. -> https://www.covid19survivalcalculator.com/calculator

      1. Ce matin, je me sentais mal. J’ai pris une marche avec un masque de procédure et je me suis par la suite senti beaucoup mieux. C’est surprenant ce que bien respirer peut faire.

        “Une inspiration toutes les 5 secondes vous donne en principe 960ml d’oxygène à la minute.”
        Source -> https://twitter.com/DrNickCrombie/status/1282694874555392002

        Un autre médecin a effectué une expérience semblable à celle du Dr. Vadeboncoeur ->
        https://twitter.com/PrimaryCarePAC/status/1282713251059556354

Les commentaires sont fermés.