Web 1.0, Web 2.0 et Web 3.0

photo_gallerie_Michel_Gagne.jpg
mmmMichel Gagné

Que veulent dire les termes mystérieux de Web 1.0, Web 2.0 et Web 3.0?

Il s’agit de trois générations du Web.

Le Web 1.0 était le Web qui était principalement informatif, celui que les compagnies et les gouvernements utilisaient durant les années 1990 pour nous transmettre des informations. À cette époque, les internautes étaient passifs et recevaient de l’information sans pouvoir y réagir, un peu comme lorsqu’on lit un journal.

Le Web 2.0 est le Web actuel, un Web participatif. Le Web 2.0 s’est répandu au début des années 2000. Ce Web permet à de simples internautes de s’exprimer, même s’ils n’ont pas de connaissances techniques avancées. Des exemples du Web 2.0 sont les blogues, les réseaux sociaux et Wikipédia, ce dernier étant probablement le plus grand succès du Web 2.0.

Web 3.0 est un terme utilisé pour décrire le Web du futur. Comme le futur est largement inconnu, il n’y a pas de consensus sur ce que sera le Web 3.0. Les deux visions les plus répandues sont l’Internet des objets et le Web sémantique. L’Internet des objets est un monde où plusieurs objets (de la lampe de chevet à l’automobile en passant par le réfrigérateur) seront connectés à Internet et interagissent entre eux et avec les internautes. Le Web sémantique est un Web qui non seulement contient de l’information (comme un livre), mais aussi comprend le sens de l’information qu’il contient, ce qui facilite notre interaction avec lui.


Pour mieux comprendre ces sujets, ne manquez pas les présentations du 12 septembre, du 19 septembre et du 3 octobre, à 19 h 30, au Chalet Marie-Victorin (1150, rue Marie-Victorin, Saint-Bruno).

Le 12 septembre, je vous parlerai de deux précurseurs du Web 2.0, le logiciel libre Linux et les petites annonces Craigslist. Dès les années 1990, des programmeurs ont compris qu’ils pouvaient utiliser le Web pour leur bénéfice et même pour faire concurrence à de grandes compagnies. Par exemple, Linus Torvalds a utilisé le Web pour fédérer un grand nombre de programmeurs qui ont développé un système d’exploitation pouvant concurrencer les systèmes d’exploitation de grandes compagnies comme IBM et Microsoft. De son côté, Craig Newmark a inventé, un peu par accident, les premières petites annonces et depuis ce temps, les éditeurs de journaux du monde entier se réveillent la nuit pour le haïr parce qu’il leur a fait perdre les revenus générés par les petites annonces des journaux.

Nous verrons aussi comment s’est développée, encore une fois par accident, l’encyclopédie Wikipédia. Nous verrons son histoire, son fonctionnement, ses façons de corriger les erreurs et les gens qui y œuvrent bénévolement. Savez-vous que l’encyclopédie Wikipédia existe en 291 langues? Savez-vous que plus de 15,000 contributeurs enregistrés enrichissent chaque mois la version française de l’encyclopédie, sans compter les milliers de contributeurs non enregistrés qui ajoutent aussi leur grain de sel chaque mois?

Le 19 septembre, Robert Lachance nous parlera plus en détail de Linux, de son histoire, des personnages clés qui y ont contribué et de ses composantes. Il nous expliquera aussi les caractéristiques des logiciels libres qui sont beaucoup plus avantageux que les logiciels payants ou gratuits.

Le 3 octobre, Youssef Tijani expliquera l’Internet des objets et les impacts que cet Internet aura sur nos vies. De son côté, Robert Bujold nous parlera de Google Home et de la reconnaissance vocale qui nous permettent de communiquer verbalement avec le Web et de nous approcher un peu du Web sémantique. Selon les futurologues, le Web sémantique ne sera pas seulement un grand entrepôt où nous pourrons chercher des informations, mais il sera plutôt un ami omniscient qui comprendra nos questions et y répondra en trouvant les réponses dans ses milliards de pages.


Si vous n’avez pas encore renouvelé votre adhésion au club, vous pouvez le faire en vous présentant quelques minutes avant une présentation.

Au plaisir de vous revoir bientôt.

Michel Gagné

4 réflexions sur « Web 1.0, Web 2.0 et Web 3.0 »

Les commentaires sont fermés.